Le 25 septembre 2000, quatre ans après la signature des accords de 0uagadougou marquant la fin de la rébellion touarègue, le Président de la République du Niger Mamadou TANDJA organise à Agadez la cérémonie de "la flamme de la paix" pour marquer sa volonté de poursuivre le processus de paix engagé depuis 1995, année de la fin des combats.

Isolée géographiquement et à l’écart des circuits de l’aide internationale, les vallées du nord de l'Aïr ne font l’objet d’aucune politique de développement et ne dispose donc que de peu moyens. 

La vallée de Takriza est emblématique de cette situation. Située sur le piémont occidental du massif de l'Aïr, elle abrite une tribu de pasteurs nomades de 1200 âmes, les Kel Takriza. A Takriza, il n'y a ni eau ni électricité, il n'y a pas d'école et les structures de santé les plus proches sont à une journée de dromadaire…

Au cours de l’année 2000, sous l’impulsion de Monsieur ILLIAS ALMAHADY, cette population consciente du défi à relever décide de scolariser ses enfants. L'ONG TANAFOUT (solidarité en tamachek) est créée avec un projet de développement rural de la vallée ayant pour objectif la création d'une école, le développement économique par diversification des activités agricoles et l’amélioration des conditions sanitaires des population nomades dans le respect des modes de vie traditionnels.

C’est ce programme que l’Association Développement Solidarité a décidé de soutenir avec le concours de nombreux autres contributeurs. L’objectif est alors la vallée de Takriza pour y creuser un puits, construire un ensemble scolaire avant la rentrée 2001 puis un dispensaire doté de médicaments de première nécessité.

Aujourd’hui, le défi lancé au seuil du troisième millénaire par les habitants de la commune rurale de Gougaram est en passe d'être gagné. Dans la vallée de Takriza le projet de développement bâti autour de l'école, du forage et de la case de santé est devenu une réalité, un site de reboisement expérimental et une zone maraîchère ont vu le jour en dépit de conditions climatiques peu favorables.

S’appuyant sur le schéma de développement de la vallée de Takriza, ADS a étendu son action aux vallées voisines d’Eroug et d’Arahg désormais dotées des mêmes équipements.

Que soient ici remerciés tous les contributeurs permanents ou occasionnels - dont le lecteur trouvera la liste et les actions dans la rubrique Partenaires - qui ont soutenu ce projet de développement au profit des hommes et des femmes du Nord du Niger ayant choisi de vivre dignement dans leur pays.