Page précédenteretour accueil  
  EDUCATION:  La scolarisation des enfants de nomades est à l'origine du défi que l'ONG Tanafout, en plein accord avec tous les habitants de la vallée de Takriza, s'est lancé à la veille du 3ème millénaire.

 
 

A la fin de l’année 2000, la population de Takriza réunie en assemblée, a confirmé sa volonté de scolariser dès le mois de janvier suivant une trentaine d’élèves en respectant les normes du ministère nigérien de l'éducation nationale (programmes, directives, choix des enseignants, etc.) pour à moyen terme, intégrer l'école dans le système officiel.

Mais la création de l'école implique de prendre totalement en charge les enfants dont les parents poursuivent leurs activités pastorales dans l'aire traditionnelle de nomadisation et nécessite donc de résoudre préalablement de multiples questions logistiques.

A titre provisoire, la population construit deux paillotes traditionnelles en nattes pour l’hébergement des enfants et celui du maître tandis que débute la construction du bâtiment de l’école dans le cadre du projet «1000 classes et 1000 cases de santé» du Président Tandja Mamadou.

Par ailleurs, la construction d’un second bâtiment, soutenue et financée par la France, pour abriter une deuxième classe ainsi qu’une case de santé, est réalisée pour la rentrée scolaire d'octobre 2001 à la satisfaction de tous, moins de dix mois après le lancement du projet.

Au cours de l’année 2002, le groupe scolaire est complété par un dortoir de 75 places, un ensemble cuisine magasin, un bloc hygiène et une aire de repos et de jeux à l'abri du soleil.

Ainsi, les élèves qui, pour la plupart ne peuvent rejoindre leur famille chaque soir, sont pris intégralement en charge par l’école (hébergement, alimentation, fournitures scolaires) grâce à des associations relais françaises.

Au moment où la première « promotion » va affronter l’examen d’entrée en sixième, l’opération est indéniablement un succès tant par l’accueil des jeunes élèves que par la qualité de l’enseignement dispensé. Désormais, la renommée de l’école de Takriza dépasse le cadre de la vallée et certains parents d’Arlit ou d’Agadez souhaitent y inscrire leurs enfants.

A la rentrée 2006-2007 les six premiers enfants admis en sixième quittent l’école nomade pour rejoindre le collège d’Arlit. Pour les responsables l’événement couronne six ans d’efforts. Un nouveau défi les attend puisqu’il faut prendre complètement en charge les collégiens. Le président de Tanafout propose d’accueillir les enfants dans sa parcelle où un dortoir et une salle de classe sont construits. ADS contribue à l’équipement en mobilier scolaire et « les amis de Tanafout » prennent en charge le fonctionnement de cet internat.

En 2007 une nouvelle salle financée par la promotion Bir Hakeim est inaugurée en mars 2007 par une délégation de cette promotion venue témoigner leur solidarité.

A la rentrée 2007-2008, dix nouveaux collégiens de Takriza rejoignent le collège portant ainsi à seize le nombre d'enfants à héberger à Arlit. Les capacités matérielles d'accueil d'Illias Almahady sont désormais atteintes et pour les prochaines rentrées, ADS en liaison avec les personnels de l’usine de retraitement de La Hague envisage la construction d'un internat.

En janvier 2008 en dépit de l’insécurité, la quatrième classe de l’école nomade de Takriza, financée par l’Etat, est construite. Elle sera équipée par ADS.

LE PROJET EDUCATION D'ADS DANS LES VALLEES D'EROUG ET D'ARAHG

A Eroug, la première école date de 1996. « L’école Cailloux » concrétise le rêve de Mohamed Aoutchiki Kriska de scolariser une fois la paix revenue, les enfants des nomades, en majorité illettrés. Les conditions d’accueil sont certes sommaires et les fournitures scolaires peu nombreuses mais le succès est grandissant au point que l’école se révèle trop petite.

La nouvelle école, construite par les habitants, est inaugurée à la rentrée scolaire 2002-2003. Elle sera complétée par des bâtiments "en construction sans bois" dotés de l'électricité par panneaux solaires, comprenant un dortoir de 24 places et une cuisine-magasin. 

Là aussi, le succès est au rendez-vous puisque sept des onze élèves de Monsieur Aghali Atifock sont admis en 2004 au collège d'Arlit. C'est le début d'une nouvelle aventure et de nombreux défis pour les parents et les responsables de la vallée.

Comme les autres vallées, Eroug parvient à recueillir des fonds auprès d'amis et d'associations. Les fournitures scolaires sont rares et l'objectif d'un livre pour deux élèves est rarement atteint. C'est pourquoi les écoliers du petit village solognot de Brignon sur Sauldre font parvenir cahiers, stylos, ardoises et beaucoup d'amitiés aux jeunes de la vallée.

Dans la vallée d’Arahg, c’est à la demande du maire de Gougaram en septembre 2004 et en accord avec le président de l'ONG Tanafout qu’est décidée dans le cadre du partenariat d’ADS avec AREVA et EDF, la construction sans bois - plus respectueuse de l’écologie - d’un dortoir et d’une cuisine magasin afin de compléter l’équipement existant. Les deux bâtiments sont achevés avant la rentrée des classes 2005 et aussitôt mis en service. Ils seront pourvus de l’éclairage photovoltaïque en 2006. En 2009 sur financement d'AREVA un bloc hygiène est construit à coté de l'école.




"L'école caaillou" 1995 à Eroug

"L'école de nattes" Takriza ()janvier 2001)

"L'école sans bois"  à Eroug  1998

L'cole nomade de Takriza rentrée 2001

dejeuner sous l'ombrière de lécole de Takriza 2002

Le dortoir d'Eroug



             Le dortoir de Takriza                            le dortoir et la cuisine magasin d'Eroug            salle de classe de l'école d'Eroug


            dortoir des filles à Takriza                                     cuisine d'Eroug                                               Dortoir d'Eroug            

 
ecole nomade takriza 2009

L'Ecole Nomade de Takriza en juin 2009

 

                                                                        Page précédente  retour accueil