Page précédenteretour accueil  
 

ENERGIE: La plaine de Talak comme la majeure partie du territoire nigérien, ne dispose pas de l’électricité en dépit de la proximité des infrastructures qui alimentent les sociétés minières d'Arlit et la ville d'Agades. La ligne électrique à haute tension reliant la centrale thermique de Tchirozérine à la région d’Arlit longe sur plusieurs dizaines de kilomètres la commune de Gougaram) mais les coûts de raccordement excèdent les capacités locales d’investissement.

L’énergie est pourtant essentielle à la croissance économique de la commune car  notamment, elle facilite l’accès à l’eau, favorise le développement des activités génératrices de revenus (AGR) et permet l’éclairage des installations communautaires (case de santé, école).

 
 

L'exhaure

Dans les puits villageois et pastoraux, l'exhaure à motricité animale ou humaine est une tâche éreintante qui mobilise femmes et enfants, mais reste encore la seule façon d'alimenter les hommes et les animaux. Pour les forages comme pour l’irrigation des jardins, l’utilisation de motopompes ou de pompes immergées alimentées par des moteurs thermiques pallient l’inadaptation de ces pratiques ancestrales  mais ont un impact important sur le budget des jardiniers, lié à l’augmentation continue du prix des carburants. Dans ce cadre et compte tenu de la situation particulièrement propice de la région en matière d'ensoleillement, la production d’électricité photovoltaïque apparaît comme la seule option capable à court terme de rentabiliser ces exploitations.  

C’est pourquoi ADS, avec le soutien d'EDF et d'AREVA, a procédé avec succès aux premières implantations de panneaux solaires pour répondre aux besoins en éclairage et en exhaure. Cependant compte tenu de la profondeur des forages de Takriza et d'Ekarambo, l'utilisation de panneaux photovoltaïques s'est révélée très onéreuse et la solution plus classique par moteur thermique a finalement été adoptée.

L'éclairage des cases de santé communautaires:

L'éclairage des cases de santé est apparu indispensable lors d'une intervention médicale de nuit où la pose d'une perfusion a été pratiquée à la lueur des torches électriques. ADS a alors entrepris de doter les cases de santé d'un éclairage photovoltaïque à Takriza, Eroug, Tadibène et Ebourkoum (région d'Iférouane). Ces systèmes qui nécessitent peu de maintenance, représentent un très important progrès.

L'éclairage des salles de classes:

L'infrastructure scolaire peut être valorisée par l'organisation de séances de formation (formation professionnelle, secourisme, alphabétisation, etc.) au profit de la population adulte (notamment les associations féminines de la vallée), en utilisant les salles de cours après les heures de classe et en période de vacances scolaires.

Le dispositif technique est simple à installer et permet l'utilisation de la télévision, de la vidéo, voire de l'informatique.  

Perspectives 


Pour permettre de diversifier leurs activités économiques essentiellement  pastorales et favoriser le développement d'activités génératrices de revenus, il est apparu important d'introduire une dimension énergie au projet initial. Parmi les besoins recensés à ce jour, les priorités suivantes ont été retenues :

  • allégement des tâches des femmes en dotant les vallées de moulins à céréales;
  • mise en place d'exhaure au fil du soleil au fur et à mesure des fonçages de puits;
  • éclairages des infrastructures pour en valoriser l'utilisation par d'autres acteurs;
  • alimentation en énergie des ateliers des coopératives (forgerons, ateliers de couture…);
  • création d'une radio communautaire;
  • apport d'énergie aux services publics dans le cadre de la décentralisation avec la création ex-nihilo d'une nouvelle collectivité locale .
Des essais d'utilisation de l'électricité d'origine photovoltaïque pour des exhaures "au fil du soleil" ou l'éclairage des bâtiments ayant été concluants et les responsables des associations des communautés villageoises étant favorables à relever le défi du développement durable, la commune rurale de Gougaram, ADS et Tanafout recherchent des appuis pour atteindre les objectifs ci-contre :
  • L'exhaure au fil du soleil : La création de seuils dans la vallée de Takriza, tout en facilitant l'infiltration des eaux, va ralentir leur vitesse de ruissellement. L'aménagement du kori libérera le long des berges des espaces propices au jardinage jusque là inexploitées en raison de la violence des crues. L'existence d'une nappe phréatique à faible profondeur autorise l'utilisation d'exhaure au fil du soleil. Les jardins de la vallée pourraient être équipés de moyens d'exhaure au fil du soleil. Pour expérimenter ce système, ADS envisage d'équiper dans un premier temps les jardins de la vallée d'Eroug.
  • Les moulins à céréale : C'est tout naturellement vers les populations les plus fragiles, femmes et enfants, que l'association a décidé de porter son effort en présentant un projet de création de moulins à céréales pour alléger les tâches des femmes dans les campements, améliorer leur condition de vie et faciliter la scolarisation des jeunes filles. Compte tenu de l'état de la technologie, l'intérêt s'est porté sur des moulins électriques mus par des moteurs thermiques, remplacés par des capteurs photovoltaïques dès que la technologie le permettra. Le moulin de la vallée d'Arahg servira de modèle à l'implantation de six autres, à Takriza, Tikred, Eghas, Eroug, Intideynawen, Aneker et Tegounout. 






















 
 

                                                                        Page précédente retour accueil